9 mai 2016

Retour à l’Ecole pour les Enfants des Rues

Les populations déplacées internes, tels ces enfants, sont particulièrement à risque de devenir des enfants des rues.

Les populations déplacées internes, tels ces enfants, sont particulièrement à risque de devenir des enfants des rues.

Près de quarante ans de guerre en Afghanistan ont mené à une rupture des structures sociales et économiques à l’échelle nationale. Le travail des enfants subit une augmentation due à l’instabilité et à la pauvreté extrême dans le pays. Beaucoup de familles sont réduites à faire travailler leurs enfants, afin de gagner de l’argent supplémentaire pour pouvoir survivre. D’après l’UNICEF, le travail des enfants touche environ 25% des enfants afghans de cinq à quatorze ans qui n’ont pas la possibilité d’aller à l’école. (Afghanistan Multiple Indicator Cluster Survey 2010 – 2011: Final Report).

En 2016, Action for Development a introduit le projet “ Street Children Back to School” pour donner l’opportunité aux enfants de Kaboul d’intégrer une école semi-officielle où ils peuvent apprendre l’écriture et les mathématiques de base. Grâce à sa structure semi-officielle, l’école permet aux enfants de concilier les études et le travail.

Le projet a été lancé avec le soutien des partenaires collaborant avec AfD en Afghanistan et en Suisse, tels que l’Afghan Ministry of Education, le Gertrud Hirzel Foundation, la commune de Plan-les-Ouates ainsi que diverses autres organisations afghanes.

Actuellement, quarante-sept enfants des rues ont intégré cette école. Elle est située aux alentours des lieux de travail de la plupart des enfants. Cette proximité est importante, car elle leur permet de d’accéder aux cours pendant leurs pauses. De plus, AfD assure que ces enfants bénéficient de services gratuits au Comprehensive Health Center (CHC).

AfD n’approuve pas le travail des enfants. Cependant, nous croyons que l’accès à l’éducation est un pas nécessaire pour renforcer les capacités des enfants des rues et de leurs familles, et ainsi contribuer à l’élimination du travail des enfants.